Volcans Sibayak,Sinabung

5 jours explosifs a Bérastagi !
Après avoir quitté notre ile paradisiaque, nous voici arrivé à Bérastagi, ville située au pied de deux volcans : le Sibayak et le Sinabung.
Après une journée de repos pour se remettre du trajet en bus de nuit puis en bus local où nous sommes restés coincés 3 heures dans les embouteillages dus au nouvel an Chinois, nous voici d’attaque !
Nous engageons les services d’Erwin un guide Indonésien, secondé de Mike, son chauffeur. Nous partons pour l’ascension nocturne du volcan Sibayak. Départ 4 heures du matin pour arriver aux premières lueurs du jour. Heureusement que le soleil se lève tard en cette période de l’année 🙂

La montée des marches

L’ascension est assez simple si bien qu’on se dit qu’on aurait pu la faire sans guide mais les explications de celui-ci sont intéressantes et sa fibre écolo me plait bien, c’est plutôt rare depuis le début de notre séjour.
Nous faisons quelques photos du lever de soleil avant d’explorer les alentours du volcan : les pierres jaunies par le souffre, l’eau qui sort a plus de 60°, et les rejets de gaz qui décoiffent.

La redescente nous offre une vue magnifique sur notre prochaine étape : le Sinabung.

Mais avant, petit détour par les sources d’eau chaudes pour se détendre les guibolles !
Après une pause petit déjeuner nous voici prêts pour le point d’orgue de la journée : la visite du Volcan SInabung qui était en sommeil depuis plus de 400 ans mais s’est réveillé il y a 4 ans.
Le chemin pour y aller n’est pas de tout repos, notre guide ne l’a pas pratiqué depuis 2 semaines et depuis la jungle a repris ses droits. Nous suivons notre guide qui dégage le chemin au coupe-coupe et nous nous rapprochons jusqu’au pied du volcan. Là se trouve un village complétement enseveli à cause des éruptions successives de 2013 et 2014.

Nous sommes à approximativement 1 kilomètre du cratère du volcan et c’est impressionnant, la paysage n’est que cendres et désolation on peut entendre le magma bouillir à l’intérieur du Sinabung !
Après quelques minutes hypnotisantes, le guide nous raconte les différentes éruptions et notamment la perte d’un ami proche lors de l’une d’entre elles…
Il nous dit aussi que les cailloux qui dévalent la pente sont en fait de la roche en fusion et que la nuit elle se voit bien rouge !
Nous décidons d’aller nous reposer et de revenir le soir tombé, mais finissons la visite par un autre village au pied du cratère qui fut abandonné précipitamment. En effet les maisons sont encore pleines d’effets personnels : vêtements, jouets d’enfants ou chargeurs de portable, tout a été laissé dans la panique. La plupart du temps les villageois n’ont pas eu le cœur de revenir et les habits sont inutilisables à cause des cendres chaudes qui se sont abattues.
On reviendra donc le soir prendre quelques photos sous un ciel étoilé.

Apocalypse now

Le lendemain nous sommes en train de boucler nos sacs lorsqu’on frappe insistamment à notre porte. Maéva va ouvrir, se fait prendre par le bras, trainer dehors et pointé le ciel du doigt :
– Look, look ! You don ’t go to Ketambe ! You go with me to the volcano it’s a biiiig éruption !
Passée la surprise, Maéva se rend compte que la personne qui vocifère n’est autre que notre guide qui est complètement surexcité et qui nous montre un épais nuage noir et opaque !
Nous comprenons que le Sinabung est entré en éruption ! Après un rapide échange avec la guesthouse pour savoir si l’on peut rester un jour de plus.
A peine le temps d’attraper l’appareil photo nous sommes dans une voiture en route pour le volcan !
Le premier barrage de police contourné, nous nous rapprochons le plus possible du volcan tout en restant en sécurité car pas dans l’axe des coulées. Et le spectacle est impressionnant, une épaisse colonne de fumée de près de 5 km de haut monte vers le ciel, pendant que des nuées dévalent les pentes !
Malgré l’appréhension, le spectacle est saisissant !
Mais nous devons bientôt jouer au chat et à la souris avec la police qui nous recherche … Les indonésiens peuvent servir de barbecue mais nous non ! Nous finissons donc cachés dans un champ à observer ce phénomène exceptionnel encore quelques minutes puis nous prenons la décision de rentrer.

En chemin nous passons dans un village qui a reçu les coulées de cendres chaudes. Apparemment il y aurait eu des morts mais rien ne nous a été confirmé. Il n’en reste qu’une épaisse couche de cendres a tout recouvert. On se croirait sur la lune. C’est un spectacle de désolation ! Nous sommes émus en pensant à tous les paysans qui ont perdu leurs cultures !
Mais cela restera comme une des journées les plus marquantes de notre séjour !
Le lendemain étant malade nous différons notre départ pour le lac Toba et annulons le trek que nous voulions faire pour voir les orangs outangs à Ketambe.
Place maintenant à une autre région volcanique mais beaucoup plus calme puisque plus en activité depuis 73000 ans !

3 réflexions sur « Volcans Sibayak,Sinabung »

  1. Dingue!!! Passionnant et photos superbes, merci pour le partage!

    1. Oui c’était vraiment fou ! Dur de trouver la limite entre la sécurité et la fascination !😀

  2. Ping: Lac Toba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close