Ça se corse..

Effectivement le cassoulet c’était la grosse fiesta !

Et quand on se lève le matin et qu’on se rend compte qu’on va faire plus d’heures de vélo dans la journée que l’on a d’heures de sommeil ça a de quoi vous casser le moral ….

J’ai passé une partie de la nuit a essayer de positiver,cherchant dans la playlist diffusée quelques motifs d’espoir : tiens le son est moins fort, ça sent la fin de la soirée.

Mais a 4h45 du matin il faut se rendre à l’évidence.. Quand le DJ enchaîne YMCA avec les démons de minuit, on sent qu’on va en avoir jusqu’au bout de la nuit ….

Bref la remise en route est difficile, heureusement le paysage est là pour nous rappeler pourquoi on est là ..

Mais bien vite, les problèmes commencent, la chaleur s’accentue d’ailleurs les tilleuls laissent placent aux roseaux en bord de canal.

Le temps de dire au revoir a l’un des derniers champs de tournesols et la piste se transforme en un sentier des plus cabossé.

Il faut gérer la vitesse, les racines les trous et autres cailloux.

La progression est ralentie, délicate.

Quelques bâtisses fleuries viennent égayer le paysage.

Il est déjà temps de faire une pause pour le repas.

Pas d’épicerie locale, il faudra se tourner vers un petit restaurant en bord de canal..

Le paysage poursuit sa mue, désormais plus question de verdure mais de champs brûlés, brunis par le soleil.

Et les vignes remplacent les champs de blés.

Les derniers kilomètres pour arriver a Carcassonne sont long et difficiles, la traversée de la ville me paraît insurmontable.

Mais heureusement je finis par toucher au but !

En espérant que le repos trouvé au pieds des remparts suffise a recharger les batteries..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *